TVCOM

La crèche Ô comme 3 pommes de Braine-l'Alleud doit fermer !

× La consultation gratuite du site de TV Com est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 16 decembre 2016 16:29  |   Braine-I'AlIeud

Après 12 ans d'activité, la maison d'enfants "Ô comme 3 pommes", située à Braine-l'Alleud, devra fermer ses portes le 30 mars 2017. Raison invoquée : elle ne respecte plus les normes de protection en vigueur.

A cause de nouvelles normes

C'est en fait en introduisant un dossier de cession d'activité auprès de l'ONE, l'Office de la Naissance et de l'Enfance, en juin dernier, que les gérants de la crèche sont véritablement tombés sur une tuile : ils ont brusquement découvert que le règlement de police de la Zone de secours du Brabant wallon relatif à la Protection contre l'incendie et l'explosion avait changé début 2015 et stipulait à présent toute une série de nouvelles normes plus contraignantes auxquelles la maison d'enfants n'était pas en mesure de répondre, financièrement mais aussi sur le plan urbanistique. Ce règlement de police, voté par le Conseil communal de Braine-l'Alleud le 30 mars 2015, prévoit un délai de deux ans pour se mettre aux normes après quoi les maisons d’accueil de la petite enfance non régularisées devront fermer leurs portes.

L'ONE n'était pas au courant...

La colère est d'autant plus grande parmi le personnel de "Ô comme 3 pommes" que ni l'ONE, ni les services communaux de Braine-l'Alleud ne paraissaient être au courant des nouvelles réglementations en la matière. Et puis la conformité de la maison d'enfants "Ô comme 3 pommes" avait été reconnue par les rapports des pompiers émis successivement en 2005, 2007 et encore en novembre 2014. C'est pourquoi aujourd'hui, la direction de la crèche, qui a le sentiment de ne pas avoir fauté, est dans une impasse.

16 enfants et 4 employés sur le carreau

16 enfants sont concernés et se retrouveront bientôt sans milieu d’accueil. A moins qu'elle ne parvienne à convaincre l'ONE de lui laisser le temps nécessaire à pouvoir trouver des places ailleurs. Mission quasi impossible dans une province où celles-ci manquent déjà cruellement au sein des crèches. Enfin, le 30 mars prochain, 4 personnes se retrouveront également sans emploi avec la fermeture de la crèche brainoise. Et combien d'autres maisons d'enfants de la province se retrouveront dans la même situation ? La question est posée...

François Namur - Reportage : Sylvain Guillaume et Philippe Michaux






Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte