TVCOM

Horizons Neufs: entre défis et voyages extraordinaires !

× La consultation gratuite du site de TV Com est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 31 janvier 2019 20:36  |   Louvain-la-Neuve

Depuis 1966, l'ASBL Horizons Neufs fournit ses services d’hébergement et d’accompagnement aux porteurs d’handicap. Parmi les nombreuses activités prévues, des voyages mais aussi des tables d’hôte ouvertes à tous chaque mercredi.

Implantée à La Hulpe et notamment à Louvain-la-Neuve, l'ASBL Horizons Neufs a bâti un réseau d'activités extrêmement vaste. Tout d'abord, l'ASBL organise l'hébergement des porteurs d'handicap à travers ses trois résidences (La Lisière, La Serpentine et La Cognée) et un service de logements supervisés

Mais au-delà de l'hébérgement, l'on retrouve également de services qui visent à accompagner sur le long terme les bénéficiaires pour en favoriser l'épanouissement personnel. "On couvre 9 services qui s’adressent à 80 personnes handicapées et à leurs familles, soit au départ d’hebergement soit au départ de services de jour. On a deployé une offre de services assez large et variée pour pouvoir répondre à un maximum de problématiques de personnes", nous explique Grégory de Wilde, directeur d'Horizons Neufs. 

Par exemple, à La Cognée, résidence située en plein milieu de Louvain-la-Neuve, les 16 résidents peuvent bénéficier d'un accompagnement constant. La résidence, bâtie en 1979 était originairement restreinte aux garçons. Aujourd'hui, elle est mixte et accueille des profils de résidents très différents : "Il y a 16 bénéficiaires qui y vivent. Les âges sont très variables. Il y en a qui ont 65 ans, voire bientôt 66, et le plus jeune a 22 ans. Notre gros challenge c’est d’essayer de faire vivre tout ce petit monde en harmonie avec les besoins différents qu’ils ont tous. C'est vrai que la vie en commun n’est pas toujours facile pour eux parce que de temps en temps il y a des problèmes de comportement, mais dans l’ensemble ils s’entend bien", affirme Nicole Mertens, responsable de La Cognée depuis 5 ans. 

Les centres d'accueil de jour 

Et une fois que le soleil se lève, les résidents se consacrent chaque jour à des activités différentes. Chaque mercredi, par exemple, Alexandra et Karin, deux résidentes de La Cognée, sa consacrènt à une tablé d'hôte au centre de jour à La Baraque. Dès que le repas sera prêt et les tables bien préparées, le repas peut commencer : dès 12h30 des gens de l'extérieur se rendent dans ces locaux pour déguster le repas auxquels les résidents contribuent activement.

Leurs tâches, en effet, sont très diversifiées : "On fait les courses, on prépare le repas, à midi on prépare la table et on garnit la table et accueil invités entre midi et midi et demi", nous explique Karin, enthousiaste. Alexandra, elle aussi, confirme : "J'aime bien aider et ranger. Le mercredi j'aide, je fais les courses, je mets la table, un peu de tout". 

Un travail qui les occupe pendant une matinée et qui leur permet de passer un moment avec d'autres jeunes. A la fin de la matinée, le résultat est plutôt satisfaisant : "C’est vraiment génial parce qu’ils ont une vraie reconnaissance de ce qu’ils font. Au niveau du repas c’est vraiment de grande qualité et en général la table d'hôte est quasiment pleine. Il y a une très grande reconnaissance de la qualité du service et de la gentillesse des bénéficiaires", affirme Grégory de Wilde.  

Les voyages

Mais les activités ne s'arrêtent pas là : l'ASBL planifie plus d'une dizaine de voyages cette année. Le premier, ce sera à l'Île de La Réunion au mois de mars. Karine et Alexandra ont déjà hâte. Le séjour, axé sur les 5 sens va permettre aux dix bénéficiaires d'expérimenter une vie "extraordinaire" dans un pays exotique. Nicole Mertens, qui fait partie de l'équipe qui accompagne les dix bénéficiaires dans ce voyage, nous a expliqué les contraintes que ces déplacements comportent : "Pour le voyage il va y avoir des référents pour bien s’en occuper d'eux, parce que le vol dure 11 heures et demi, et avant cela il y a un trajet en train pour se rendre à l'aéroport à Paris. Il faut une préparation médicale, certains doivent prendre des bas de contention avec eux, et puis on doit essayer de les apaiser pour que ça se passe dans les meilleures conditions. Là-bas on a un programme assez chargé mais on va le moduler en fonction de leur état, puisque ce sera l’Île des émotions, l’Île intense, et donc le temps change très vite, les paysages changent très vite, il y a la luxuriance de la nature et puis tous les parfums, les oiseaux, ce qu’ils vont vivre avec les gens là-bas sur place ". 

Pour le directeur de l'ASBL aussi, ce voyage demande pas mal de préparation, et montre à quel point le fait d'avoir un handicap n'empêche qu'une certaine liberté puisse être accordée aux bénéficiaires. "Un des objectifs c’est aussi d’aller rencontrer les codes sociaux là-bas, de vehiculer une image très positive du fait que ce n’est pas parce qu’on a un handicap qu’on ne peut pas voyager. Et clairement cela demande pas mal d'attentions mais c’est notre travail. Avec un accompagnement bien dosé on peut vraiment permettre beaucoup de choses aux personnes handicapés", affirme Grégory de Wilde. 

Une nouvelle résidence verra bientôt le jour

Entre-temps, les bénéficiaires profitent de leur résidence, La Cognée, mais pas pour longtemps : bientôt les résidents devront déménager dans un nouveau bâtiment, qui sera, lui, situé à La Baraque. "On a un grand projet : il était nécessaire de remplacer le bâtiment, donc on a décidé d'en construire un nouveau qui sera quasiment  trois fois plus grand que La Cognée", explique le directeur. "On a opté pour une structure aussi grande puisqu’on voudrait pouvoir repondre aux personnes dans leur vieillissement et accompagner les personnes le plus loin possible dans leur vie". Le projet, qui a une valeur de 3 millions d'euros, est financé à hauteur de 2 millions d'euros par la Région wallonne et rentre dans le cadre du plan ERICh de la Région. Le permis de bâtir a été introduit en decembre dernier. L'ASBL aspire à l'inaugurer d'ici 2021.

 

Lavinia Rotili - Images : Adrien Broze






Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte