TVCOM

Le trafic de drogue, nouvelle priorité à Ottignies-LLN

× La consultation gratuite du site de TV Com est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 05 juillet 2018 11:58  |   Ottignies-Louvain-la-Neuve

Comme chaque année, la zone de police d'Ottignies-Louvain-la-Neuve a présenté le bilan de l'année 2017 de son plan zonal de sécurité. Chiffres à l'appui, le chef de zone Maurice Levêque s'est réjouit de certaines améliorations, notamment en ce qui concerne la sécurité routière. Mais il a aussi fait part des priorités de ses équipes : la lutte contre les cambriolages, la criminalité de rue et les tapages. Ce n'est pas tout, car la police d'Ottignies-LLN va aussi lancer un combat contre le trafic de drogues, de plus en plus présent sur son territoire. 

Les routes plus sûres

Commençons par les satisfactions de Maurice Levêque, le chef de zone de la police d’Ottignies-LLN. La sécurité routière, qui occupe 20% du temps de ses effectifs, s’est bien améliorée au cours des dernières années. Un constat qui ressort à nouveau du bilan dressé pour 2017. "Sur une quinzaine d'années, on ne peut que constater une diminution très nette des accidents de la route, avec surtout des conséquences très importantes au niveau de la diminution des blessés et des tués. Sur quinze ans, on doit pouvoir mettre ça très clairement en corrélation avec les investissements qui ont été fait au niveau de la sécurité, les aménagements des voiries et le placement des radars". Sans oublier la présence policière sur le terrain, notamment lors des contrôles. Il y en a eu 410 l’an dernier, pour détecter la consommation d’alcool ou de drogues chez les conducteurs, par exemple. 

Des trafics internationaux !

En parlant de drogues et de leur trafic, la zone de police ottintoise en fait sa nouvelle grande priorité en raison de la situation sur son territoire, comme le confirme le Procureur du Roi de Nivelles, Jean-Claude Elslander : "Ici à Louvain-la-Neuve, c'est vrai que depuis quelques mois, on a notre attention attirée par des trafics qui prennent de l'ampleur. Et on a effectivement plusieurs dossiers ouverts avec des trafics internationaux de stupéfiants, de drogues dures, des kots aménagés en laboratoire et des choses de ce type-là. Cela devient vraiment très interpellant, et il faut travailler là-dessus". Un travail mené en collaboration avec la police fédérale. Et qui sera peut-être facilité si le système de reconnaissance de plaques d’immatriculation prévu à l’échelle provinciale peut voir le jour. Un projet qui devrait aussi permettre de lutter contre les cambriolages, la grande préoccupation des habitants. Contrairement au ressenti, ils sont en régression en Brabant wallon et sur la zone de police d’OLLN. Celle-ci travaille avec les autres zones pour stopper les bandes organisées, elle effectue également beaucoup de suivi et de prévention, notamment à destination des étudiants qui kottent à Louvain-la-Neuve.

Louvain-la-Nuit

Un autre des axes de travail de la police touche à l’ordre public. Cela comprend la criminalité de rue, en baisse, et les tapages nocturnes, en augmentation. Beaucoup de dossiers concernent ce que les forces de l’ordre appellent Louvain-la-Nuit. "Le tapage nocturne est un phénomène que l'on constate depuis une quinzaine d'années et clairement, c'est un problème plus présent à Louvain-la-Neuve qu'à Ottignies. Aujourd'hui, on a quasiment le double d'appels pour tapage qu'il y a 15 ans. Ce que nous avons fait, c'est de renforcer les sanctions administratives communales mais aussi les contrôles policiers avec des équipes dédiées, et également le staff de fonctionnaires sanctionnatrices. On constate que le nombre de sanctions infligées depuis 2016-2017 a quasiment triplé par rapport à ce qu'il était auparavant", détaille le bourgmestre d'Ottignies-Louvain-la-Neuve, Jean-Luc Roland.

 D’autres mesures suivront d’ailleurs très prochainement. Outre ces différentes priorités, les 115 personnes travaillant pour la zone de police d’OLLN se focalisent aussi sur certains points d’attention comme les violences intrafamiliales ou encore les fraudes et autres arnaques.

François Namur - Images : Dominique Tournay






Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte