TVCOM

Les impôts vont augmenter à Wavre

× La consultation gratuite du site de TV Com est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 09 decembre 2019 16:38  |   Wavre

Les charges qui pèsent sur les communes deviennent de plus en plus importantes, on le sait. Pour garder l'équilibre budgétaire, celles-ci n'ont pas beaucoup de solutions. Exemple à Wavre : la majorité communale vient de décider d'ajuster sa fiscalité et de réduire certains de ses investissements. 

La première fois depuis 12 ans

Cela faisait 12 ans que la fiscalité de Wavre n’avait pas connu de changements. Aujourd’hui, la majorité a décidé d’effectuer ce qu'elle appelle un ajustement. Dans un contexte de plus en plus compliqué pour les communes et alors que la Ville devra assumer un triplement de cotisation de responsabilisation pour les pensions (et qu'elle également a investi dans la Sucrerie), cette opération représentera des rentrées de 3,2 millions d’euros par an. Elle était nécessaire pour garder l’équilibre budgétaire et assurer les services promis aux Wavriens. A partir de 2020, les centimes communaux additionnels au précompte immobilier vont passer de 1400 à 1680 et l’Impôt des Personnes Physiques va augmenter de 6 à 6,8%. 

Toujours parmi les moins chères

Malgré cette augmentation, Wavre restera la 3e commune la moins chère du Brabant wallon en ce qui concerne les additionnels au précompte immobilier et conserva sa place dans le Top 10 brabançon au niveau de l’IPP. Mais pour assurer son équilibre budgétaire, le chef lieu du Brabant wallon doit aussi prendre d’autres mesures. Wavre va ainsi prioriser ses investissements et en reporter 10%. Cela concerne notamment la construction d’un nouveau bâtiment administratif. A ce niveau, une solution se présentera peut-être avec le déménagement de la justice de paix. Enfin, la Ville va modifier sa politique de recrutement. La Ville de Wavre comptera aussi sur l’emprunt afin de financer ses projets d’ici à 2024. Elle profitera ainsi des taux d’intérêt très bas actuellement en vigueur.

François Namur - Images : Philippe Michaux






Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte