TVCOM

Accident mortel sur la N5 : "la route n'est pas toujours la responsable" se défend le SPW

× La consultation gratuite du site de TV Com est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 19 novembre 2018 16:22  |   Genappe

Ce vendredi soir, une mère de deux enfants a perdu la vie dans un accident à hauteur du carrefour de l'Arbre Sainte-Anne à Baisy-Thy. Un nième accident qui relance le débat sur la sécurisation des différents carrefours situés sur la N5 à Genappe. Le bourgmestre dénonce un immobilisme de la part du Service public de Wallonie (SPW). De son côté, le SPW étudie des solutions pour diminuer la vitesse des automobilistes qui ont, trop souvent, le pied lourd.

Un problème pas si neuf que ça

Cela fait de nombreuses années : la N5 est toujours aussi meurtrière. Pourquoi ces carrefours ne sont-ils pas plus sécurisés ? La question est posée par le bourgmestre de Genappe, Gérard Couronné : "la Nationale 5 est dangereuse sur toute sa longueur, témoigne-t-il. Il y a plusieurs carrefours qui sont accidentogènes. Par exemple, le carrefour des quatre bras à Baisy-Thy pour lequel la Région nous promet un rond-point depuis 2-3 ans. Cela devait se réaliser en 2018 et aujourd'hui, il n'y a toujours rien de fait."

Manque de budget

Ils sont nombreux à réclamer un rond-point aux différents carrefours de la N5 afin de réduire la vitesse des automobilistes. Mais les aménagements de cette route dépendent du Service public de Wallonie. "Le SPW n'a pas le budget pour refaire l'ensemble des carrefours de la N5, détaille Laurence Zanchetta, porte-parole du SPW. On fait donc une chose à la fois."

Pour le carrefour de l'Arbre, la police a fait une demande de radars de franchissement de feux, le dossier est en cours d'examen au cabinet. Des radars tronçons peuvent également être une solution à ce problème de vitesse trop élevée mais le problème reste le même : l’automobiliste a bien trop souvent le pied lourd. "On aura beau faire tous les aménagements que l'on veut si les automobilistes ont décidé de rouler à 120 sur une route à 90, il y aura toujours un risque. La route n'est pas toujours la responsable, ce n'est pas toujours la route qui tue" décrit Laurence Zanchetta.

Le service public de Wallonie assure que des études sont en cours pour la sécurisation des différents carrefours de la N5 à Genappe.

 

Florence Gusbin - Images : Patrick Lemmens






Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte