TVCOM

Bienvenue chez vous : Saint-Hubert, de la crypte au ciel

× La consultation gratuite du site de TV Com est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 17 juin 2018 14:00  

« Bienvenue chez vous » pose ses valises en Ardenne, dans la capitale européenne de la chasse et de la nature et vous emmène de la crypte de la basilique jusqu’aux nuages au-dessus de l’aérodrome...


La première étape de notre escapade à Saint-Hubert nous conduit à la basilique où le Saint patron des chasseurs est évidemment omniprésent. Il faut dire qu’ici, Saint-Hubert revêt une importance considérable : la ville, qui s’appelait autrefois Andain, a fini par prendre le nom de celui que les pèlerins venaient prier. Richard Jusseret, le Président de « Saint-Hubert d’Ardenne », explique :

« Les pèlerinages étaient très nombreux mais les gens ne disaient pas qu’ils allaient à Andain, ils disaient qu’ils allaient à Saint-Hubert et finalement c’est resté. »

Au VIIème siècle, Hubert, un seigneur local, pratique la chasse, son sport favori, un vendredi saint, un jour où il n’est donc pas censé le faire. Alors qu’il poursuit un magnifique cerf, celui-ci s’arrête, se retourne, un crucifix entre ses bois et intime l’ordre à Hubert de se convertir. Hubert obéit, finit par devenir Evêque de Liège. Il est canonisé quelques années seulement après sa mort.

La basilique de la crypte aux combles


Dans la crypte, se trouvent les tombes des derniers abbés de l’abbaye de Saint-Hubert. En effet, la basilique a longtemps été l’église de l’abbaye de Saint-Hubert. N’allez pas chercher la sépulture de Saint-Hubert lui-même, personne ne sait où se trouvent ses reliques.

« Les reliques ont disparu depuis le XVIème siècle. Les moines gardaient le secret de l’emplacement du corps de Saint-Hubert, secret qui se transmettait de Prieur en Prieur. Quand le dernier Abbé est parti, il a emporté avec lui son secret. »

Il est également possible, sur simple demande, de visiter les combles de la basilique. Pour des raisons de sécurité, les plus jeunes ne sont pas admis. Pour les autres et pour autant que vous soyez disposés à grimper les 150 marches, la visite vaut le détour. Là-haut, une impressionnante charpente en bois du XVIème siècle vous attend ainsi qu’une vue inédite sur les toits et la ville de Saint-Hubert.

 
Pour aller plus loin : http://walloniebelgiquetourisme.be/fr-be/content/la-basilique-de-saint-hubert-joyau-architectural-ouvre-ses-combles



Le fourneau Saint-Michel

Nous quittons le centre-ville pour le Fourneau Saint-Michel, un lieu étonnant, au milieu des bois, où on « transplante » des bâtiments. Marie-Eve Soenen, la responsable de la communication du Domaine, nous dévoile ce que signifie cette transplantation.

« Transplanter, cela veut dire que dans le village d’origine du bâtiment, on le démonte pierre par pierre en numérotant tout. On rapatrie tout ici et on reconstruit à l’identique avec des techniques anciennes. »

Les bâtiments transplantés proviennent de toute la Wallonie et témoignent de la vie rurale du XIXème siècle. A l’intérieur, sont reconstituées des scènes de la vie d’autrefois grâce à une multitude d’objets d’époque que les responsables du Domaine ont patiemment chinés.



Pour aller plus loin : http://walloniebelgiquetourisme.be/fr-be/content/musees-du-fourneau-saint-michel-musee-de-la-vie-rurale-en-wallonie



La tête dans les nuages

Nous terminons notre escapade ardennaise par un autre petit coin de paradis niché, lui aussi, au beau milieu de la forêt : l’aérodrome de Saint-Hubert... Quatre pistes, en herbe, y accueillent essentiellement des particuliers. L’activité principale des lieux est constituée par le vol à voile autrement dit les planeurs, mais d’ici, décollent aussi des ulm et des hélicoptères.

Pour notre part, nous sommes allés à la rencontre d’une bande de passionnés, les membres du cnvv, le centre national de vol à voile qui a établi ses quartiers en bord de piste. Le club propose des formations à partir de 14 ans et des baptêmes de l’air dès que vos pieds touchent les pédales.

Pour le baptême, autant vous prévenir tout de suite, ce n’est pas du « planant », un planeur. Comme l’engin monte et descend grâce aux courants présents dans l’air, le pilote devra nécessairement amener l’aéronef dans des turbulences. Si votre estomac et votre tête tiennent le coup (environ 5% des passagers sont malades), le spectacle là-haut est tout simplement époustouflant.

Pour aller plus loin : http://walloniebelgiquetourisme.be/fr-be/content/aerodrome-de-saint-hubert-une-visite-planante-en-ardenne


>>> Plus d'infos sur toutes nos destinations? C'est par ici!

Avec le soutien de






Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte