TVCOM

Une action à Louvain-la-Neuve pour dire non à la privatisation de Belfius

× La consultation gratuite du site de TV Com est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 27 novembre 2017 16:37  |   Ottignies-Louvain-la-Neuve

La banque Belfius appartient actuellement à 100% à l'État belge. Le gouvernement de Charles Michel souhaiterait une entrée en Bourse et la vente de 30% de ses parts. La plate-forme 'Belfius est à nous', qui réunit près 30 organisations de la société civile, mobilise les citoyens belges pour dire “NON” à la privatisation de Belfius et à son introduction en bourse. Ce lundi matin, des membres de la CNE étaient présents devant l'agence Belfius dans le centre de Louvain-la-Neuve, pour sensibiliser le public et faire signer une petition.

Ne pas vendre Belfius

Belfius est devenue la propriété de l’État belge en octobre 2011 suite au sauvetage de Dexia Banque Belgique avec l’argent des contribuables belges pour un montant de 4 milliards d’euros. Belfius fait actuellement figure d’exception dans un secteur financier belge dominé par les banques privées, pour beaucoup entre les mains de groupes étrangers. Au cours de ces dernières années Belfius a investi plus d’argent dans des activités locales que ne l’avait fait Dexia auparavant, mais elle s’est aussi engagée dans des restructurations, des réductions d’effectifs et des fermetures d’agences.
Pour la plate forme 'Belfius est à nous', "une vente de Belfius à un groupe bancaire étranger accroîtrait encore la soumission du secteur bancaire belge à des capitaux extérieurs et sa vulnérabilité dans le cas d’une prochaine crise. Une vente à un groupe déjà établi en Belgique accroîtrait encore la concentration du secteur et conduirait à de nouvelles réductions du nombre d’agences et du personnel. Par ailleurs, une mise en Bourse, même partielle, mettrait les citoyennes et citoyens hors jeu, puisque l’objectif de maximisation du profit des actionnaires serait institué dans la gestion de la banque. L’histoire récente de Dexia a démontré le coût énorme d’une telle privatisation."

Thibault van Raemdonck - Images : Philippe Michaux






Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte