TVCOM

Mesures covid: la Wallonie et la FWB serrent la vis!

 23 octobre 2020 10:35  


Après les mesures fédérales de ce vendredi matin, la Wallonie et la Fédération Wallonie-Bruxelles ont décidé de donner un sérieux tour de vis pour lutter contre la crise du covid. Première mesure phare: un couvre-feu est décrété de 22h à 6h du matin. Il est également demandé à la population de ne plus se rendre dans les magasins que par deux. Le télétravail est également imposé quand c'est possible.

Au niveau de l'enseignement, les universités et Hautes écoles passent en code rouge. Traduction: dès lundi et jusqu'au 19 novembre, il n'y aura plus aucun cours donné dans les auditoires.

De nouvelles mesures sont également prises dans le secteur du sport en Fédération Wallonie-Bruxelles. Elles entrent en application dès ce week-end.

Sport à l'arrêt

Les compétitions sportives et les entrainements, tant en intérieur qu’en extérieur, sont interdits pour les plus de 12 ans. Les compétitions sportives et les entraînements, tant en intérieur qu’en extérieur, pourront bien avoir lieu pour les jeunes jusque 12 ans, et un proche pourra accompagner chaque jeune. Les compétitions sportives professionnelles pourront se poursuivre en extérieur et en intérieur, mais à huis clos. Les vestiaires et buvettes des clubs sportifs resteront fermés. Les piscines seront fermées.Les stages sportifs sont autorisés dans le respect des dispositions précitées.

Ces mesures très dures, saluées par plusieurs experts scientifiques tranchent avec les décisions prises ce vendredi matin. Le gouvernement avait initialement prévu d'annoncer les nouvelles mesures qui régiront le pays vendredi soir mais c'est ce vendredi matin que celles-ci ont été détaillées.

9 provinces sont actuellement dans le rouge (état d'alerte de niveau 4), seul le Limbourg est actuellement épargné mais "toutes les prévisions montrent qu’elle sera aussi bientôt au niveau 4", a toutefois précisé le Premier minsitre, Alexander De Croo.

"Nous appuyons sur le bouton pause pour que le personnel soignant puisse continuer à faire leur travail, que les enfants puissent continuer à aller  l'école, que les entreprises puissennt continuer à fonctionner et que nous préservions au maximum le bien-être mental de notre population", a expliqué le Premier ministre. "Au moment où le virus est plus répandu dans notre société, nous ne pouvons pas permettre à trop de gens d'être ensemble au même endroit. C'est pour ça que nous adoptons des règles plus restrictives dans les domaines de la culture, du sport, de la jeunesse, dans les parcs d'attractions et les écoles supérieures."

Une équipe de 11 millions de personnes

L'ensemble des mesures suivantes prennent effet immédiatement et pour une durée d'un mois, soit jusqu'au 19 novembre. "La durée de ces mesures dépend de notre comportement, il n'y a aucune règle, aucune loi qui peut battre ce virus. Les seuls qui peuvent le faire, c'est nous avec notre comportement collectif. Si on arrive à devenir une équipe, une équipe en pleine solidarité, une équipe qui travaille dans un sens, on peut battre le virus", a encore déclaré Alexander De Croo.

Voici le détail des mesures effectives dès ce vendredi 23 octobre :

  • Sport : toutes les compétitions sportives professionnelles à l'intérieur et à l'extérieur se déroulent sans public. Toutes les compétitions amateurs sont suspendues. Les compétitions concernant des jeunes jusqu'à 18 ans restent autorisées, mais seul un membre de la famille peut y assister. Il reste interdit de vendre ou de consommer des boissons et de la nourriture.
  • Enseignement supérieur : le taux d'occupation des locaux descend à maximum 20 % avec obligation de port du masque, sauf pour les travaux pratiques où ce n'est pas possible. Cette règle n'est pas applicable aux étudiants de première année.
  • Événements culturels à l'intérieur (culturels, religieux, éducatifs, associatifs) : maximum 40 personnes sont autorisées s'il y a suffisamment de garanties que l'organisation permet de respecter les règles de lutte contre le coronavirus, et maximum 200 personnes moyennant le respect de la règle d'1,5 mètre de distance et le port du masque. Pas de changement, donc, par rapport à la semaine passée. La vente de boissons et de nourriture est interdite.
  • Transport en commun : Les TEC seront renforcés pendant les heures de pointe. "Il y a une dizaine de jours, les transports étaient occupés à 70% de leur capacité. Depuis lundi, c'est 50%, mais aux heures de pointe, c'est vrai qu'il y a encore des difficultés". Des bus de compagnie privées viendront soutenir le réseau afin d'alléger encore la pression dans les transport en commun. Le Ministre-président du gouvernement wallon, Elio Di Rupo, a invité les citoyens qui le peuvent à éviter les heures de grandes affluence, télétravailler ou encore se rendre au travail à pied ou à vélo lorsque c'est possible.
  • Les parcs d'attraction sont temporairement fermés.
  • Parcs animaliers : les espaces intérieurs sont fermés au public ; il est interdit de vendre ou de consommer des boissons et de la nourriture.
  • Le télétravail reste la règle. Il a été décidé avec les fédérations patronales de mettre en place un système de monitoring visant à responsabiliser, afin d'appliquer la règle du télétravail dès que possible. "Il faut un maximum de gens qui font du télétravail", a lourdement insisté Frank Vandenbroucke.

Les interventions non-urgentes reportées pendant un mois

Face au nombre croissants - environ 500 ce jeudi - d'admissions dans les hôpitaux, des mesures complémentaires ont été prises afin d'éviter la saturation. "Quand on parle de la capacité des hôpitaux, c'est pas juste les lits et la technologie. C'est surtout le facteur humain", a précisé Frank Vandenbroucke.

Les opérations non-urgentes, inscrites à un agenda, seront reportées pour les quatre prochaines semaines. Une réévaluation de la situation sera effectuée après deux semaines. Le sopérations urgentes, les traitements vitaux (chimiothérapie, dialyse, revalidation, etc.) sont maintenus. Le minsitre de la Santé a insisté sur la nécessité de poursuivre ces traitements : "Allez-y, continuez, vous ne serez pas infectés dans les hôpitaux".

D'ici au 2 novembre, nous demandons aux hôpitaux d'augmenter le nombre de lits disponibles en soins intensifs pour des patiens Covid à 1.200 lits et 7.200 "banalisés" (non-intensifs). "Nous demandons aussi aux hôpitaux de préparer d'ici le 2 novembre, 300 lits supplémentaires de soins intensifs, ce qui portera le nombre de lits de soins intensifs disponibles dans notre pays à 2.300 lits", a ajouté Frank Vandenbroucke, et ceci, afin de garder une marge de manœuvre concernant les admissions urgentes.

Vous pouvez revoir l'intégralité de la conférence de presse donnée ce vendredi 23 octobre :

Florentin Franche










Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte