TVCOM

Portraits de bourgmestres : Julien Breuer, le fan de chemises

× La consultation gratuite du site de TV Com est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 15 fevrier 2019 16:40  |   Mont-Saint-Guibert

Breuer, un nom important à Mont-Saint-Guibert. On se souvient bien évidemment de Jean-François Breuer, qui a présidé aux destinées de la commune de 1997 à son décès en 2010. Après une mandature exercée par Philippe Evrard, un nouveau Breuer a fait son entrée à la maison communale en tant que maïeur : Julien, le fils de Jean-François. Qui est-il exactement ? Nous sommes allés à sa rencontre.

Un agenda à adapter 

A 33 ans, Julien Breuer est le plus jeune bourgmestre du Brabant wallon. Plébiscité lors du scrutin d’octobre, ce membre du MR a succédé à l’ECOLO Philippe Evrard. Déjà échevin durant 6 ans, Julien Breuer n’a pas débarqué en terrain inconnu mais il vit des semaines chargées. "Cela se déroule plutôt bien. Il n'y a pas de grandes surprises, c'est une suite logique au niveau des dossiers. On est surtout dans une période de préparation, de planification stratégique des dossiers que l'on veut mener au cours de la législature. Et à côté de cela, il y a toute la gestion journalière qui nécessite des centaines de signatures par semaine. C'est sûr qu'au niveau organisationnel, il y a des changements. Il faut vraiment que mon agenda soit super bien organisé. Surtout avec la naissance de mon enfant, il y a 2 semaines maintenant !"

Sur les traces de son père 

Le petit Leo est le premier enfant de Julien Breuer. Le mariage avec la maman, une Espagnole rencontrée lors d’un Erasmus à Utrecht, est prévu en 2020. Fera-t-il un jour de la politique ? L’avenir le dira. Julien Breuer, lui, a repris le flambeau de son papa, Jean-François, bourgmestre guibertin durant 13 ans, avant son décès en 2010. "Beaucoup de gens me disent qu'ils voient en moi des traits de caractère de mon père. Mais je suis moi-même, je suis Julien Breuer. Je veux que les gens puissent juger mes propres projets qui ne sont pas nécessairement ceux de mon père. Il faut savoir que j'avais toujours dit à mon père que jamais je ne marcherais dans ses traces de son vivant. A son décès, je me suis engagé en politique et j'y ai vraiment pris goût. Aujourd'hui, je le fais par pure conviction et envie d'améliorer le cadre de vie des Guibertins".

Le sport, une passion 

L’un des grands défis de Julien Breuer en tant que bourgmestre de Mont-Saint-Guibert, c’est de faire face à une pression foncière et immobilière importante. La commune est concernée par de nombreux projets et sollicitations. Son visage change. Un challenge qui passionne ce municipaliste convaincu et qui le touche au premier plan, lui qui habite la commune depuis toujours. L’un de ses centres d’intérêts, c’est aussi le sport. Il fut échevin en charge de cette matière durant 6 ans, développant plusieurs projets. Mais il est également sportif pratiquant. Il joua notamment au basket.

Fan...de ses chemises 

Un autre visage de Julien Breuer, c’est celui d’entrepreneur. Il y a quelques années, il a lancé sa propre marque de chemises. Il les conçoit et les fait produire avant de les commercialiser dans des magasins belges. "Mon arrière arrière grand-père, qui était bourgmestre de Bousval, possédait la filature de coton de Basse-Lalou, à Bousval. J'ai une passion pour les chemises et le textile en général, mais spécialement pour les chemises. Je n'ai jamais trouvé en Belgique celles qui m'intéressaient. J'ai trouvé à l'étranger celles qui me plaisaient énormément et que je ne trouvais pas ici. Et un jour, j'ai décidé de les produire moi-même. Je me suis rendu à un énorme salon en Chine et c'est là que tout a commencé. Je suis obligé d'y aller physiquement deux voire quatre fois par an, pour de plus en plus courtes durées, en faisant parfois quasiment des allers-retours. Je continuerai à y aller".

Des voyages qui ne l’empêchent pas d’exercer son mandat de bourgmestre. Julien Breuer le clame, pour lui, impossible de rester inactif.

François Namur - Images : Patrick Lemmens






Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte