TVCOM

Caserne Dossin : des élèves de Tubize face aux visages de 25.000 déportés juifs

× La consultation gratuite du site de TV Com est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 15 janvier 2019 16:41  |   Tubize - Brabant wallon

La visite du Fort de Breendonk est complétée par celle du Musée de la Caserne Dossin à Malines. C'est dans cette ancienne caserne qu'en 1942 jusque 1944, les Nazis rassemblaient les Juifs avant de les déporter vers le camp d'Auschwitz-Birkenau. 25.000 personnes dont 5.430 enfants partiront vers la Pologne. Seulement un millier reviendra en vie de cet enfer. Les élèves de l'IPES de Tubize ont pu découvrir leur visage.

Des petites histoires dans la grande Histoire

Il s’appelle Simon Gronowski, il est juif et vient de Bruxelles. Il était un peu plus jeune que les élèves de 6ème secondaire de l'IPES de Tubize lorsque la seconde guerre mondiale a commencé. Et pourtant, il a une histoire bien lourde à raconter. "Un jeune garçon qui avait 11 ans à l'époque a réussi à s'échapper du 11ème convoi : sa maman l'a poussé. Il a réussi à trouver de l'aide auprès d'un gendarme belge et grâce à ça, il a pu survivre" explique Odile Remy, guide et chargée de mission pour la Communauté française à la Caserne Dossin.

Un visage parmi tant d’autres qu’ont pu découvrir les élèves de l’IPES de Tubize au musée de la caserne Dossin à Malines. 25.000 : toutes ces personnes sont passées par cette caserne entre 1942 et 1944. A l’époque, cette caserne était un lieu de transit et de rassemblement pour des milliers de juifs et de tziganes. Ici, ils étaient déportés dans des convois transportant chacun 1.000 personnes. Seulement 1.000 déportés sont revenus vivants.

Le musée de la caserne Dossin reprend l’histoire de la seconde guerre mondiale depuis le début. Du putsch raté d’Hitler qui le mène en prison pour écrire son célèbre Mein Kampf. Ensuite, on décrit la montée de l’antisémitisme avec les 17 ordonnances antijuives, jusqu’aux camps de concentration et ses atrocités. Tout cela raconté grâce à des documents d’archives, des témoignages et des objets marqués par l’histoire.

Le musée parle non seulement de l’holocauste mais a voulu étendre sa thématique aux droits de l’homme. Le génocide du Rwanda ou encore l’apartheid en Afrique du Sud sont évoqués. Tous, nous rappellent notre devoir de mémoire mais surtout notre combat face aux atrocités de masse qui se déroulent encore autourd’hui dans le monde.

 

Florence Gusbin - Images : Patrick Lemmens






Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte