TVCOM

Walibi : port du masque obligatoire dans tout le parc

 23 juillet 2020 16:44  |   Wavre


À l'issue du CNS ce jeudi, il a été demandé par le gourvernement d'étendre le port du masque dans l'espace public. Dans la foulée, Walibi nous a confirmé que, dès ce samedi 25 juillet, le masque serait rendu obligatoire partout dans l'enceinte du parc pour toute personne âgée d'au moins 12 ans. "L'équipe de sécurité sera renforcée pour veiller au respect des mesures de sécurité", ajoute la porte-parole de Walibi.

Que ce soit dans les files d'attentes, dans les boutiques ou sur les attractions, le port du masque sera obligatoire sur l'ensemble du site à une exception près : les restaurants du parc fonctionnent encore normalement et les visiteurs seront bien évidemment autorisés à retirer leur masque une fois installés à leur table.

Le 1er juillet, le parc d'attractions rouvrait ses portes au public pour la première fois depuis le début de l'épidémie. Seuls 3.000 personnes étaient autorisées à y circuler chaque jour. Depuis, ce seuil a évolué, on parle aujourd'hui de "30% de la capacité d'accueil maximale", soit environ 6 à 7.000 visiteurs, compte tenu de l'affluence à Halloween. La réservation n'est désormais plus obligatoire mais il est vivement conseillé d'acheter préalablement son ticket pour éviter de se voir refouler à l'entrée si le seuil de visiteurs maximum autorisé est atteint.

Un anniversaire humanitaire

Ce dimanche, le parc célèbrera son 45e anniversaire. Pour cette occasion, les dirigeants de Walibi ont décidé de reverser l'intégralité des recettes de la journée à la campagne COVID 12-12 lancée par un consortium de sept organisations humanitaires (la Croix-Rouge de Belgique, Caritas International Belgique, Médecins du Monde, Handicap International, Oxfam-Solidarité, Plan International Belgique et UNICEF Belgique). Toutes mobilisées pour freiner la pandémie, assurer l'accès aux soins de santé ou encore apporter l'aide alimentaire et protéger les groupes vulnérables tels que les enfants et les personnes handicapées au sein des pays les plus vulnérables.

Florentin Franche










Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte