TVCOM

Manque de lits en maison de repos en BW : la province devient prioritaire

 18 avril 2019 11:44  |   Beauvechain - Brabant wallon - Court-Saint-Etienne - Hélécine - Incourt

4491, c'est le nombre de lits dont dispose l'arrondissement de Nivelles dans ses maisons de retraite gérées par le public. C'est peu, trop peu en tout cas pour une province qui abrite une population vieillissante. Entre 2010 et 2017, le nombre de plus de 75 ans a augmenté de 3362 personnes et le nombre de lits a augmenté, lui, de 187 sur la même période.

Si Nivelles n'était classé que 11e arrondissement sur 20 en 2010 pour ses besoins en matière de maison de repos (calculé par un rapport entre le nombre d'habitants de plus de 75 ans et le nombre de lits, NDLR), il était 9e en 2011, 8e en 2012 et 2013, 7e en 2014, 4e en 2015 puis 5e en 2016. Depuis deux ans, la province occupe même le haut de ce classement.

Le business des soins aux personnes âgées

Face à ce constat, l'Avenir rapporte que la députée wallonne Anne Lambelin a tiré la sonnette d'alarme auprès de la ministre wallonne de l'Action Sociale, Alda Greoli. L'une de ses inquiétudes concerne la commercialisation du secteur : seule 24% des places en Brabant wallon sont gérées par le public, 11% par le secteur associatif, les autres appartiennent au privé. On est bien loin du quotas minimums imposés par la Région : 29% pour le public et 21% pour l'associatif, alors que le privé devrait se limiter à la moitié des places.

Ainsi, neuf communes du Brabant wallon ne disposent d'aucune structure gérée par un organisme public, quatre d'entre elles n'ont tout simplement aucune maison de repos. Il s'agit des communes de Beauvechain, Incourt, Court-Saint-Étienne et Hélécine.

La ministre confirme que le Brabant wallon dispose de la plus faible couverture en maisons de repos en Wallonie, raison pour laquelle la province est désormais prioriaire pour les investissements en la matière.

Des projets dans les cartons

Des projets, la Région en a déjà en stock. Dans sa réponse, Alda Greoli a rappelé que pas moins de "150 lits sont en accord de principe dont 70 lits pour l’extension de structures existantes et 80 lits pour la construction d’une nouvelle institution. Sur ces 150 lits, 8 ont été octroyés au secteur associatif et le solde, soit 142 lits ont été octroyés au secteur public".

Il s'agit là d'une extension de 21 lits au Vignobles à Braine-l'Alleud, une autre de 3 lits au Clos Val du Héron à Rixensart, 22 lits supplémentaires au Home Jean Renard à Grez-Doiceau, une extension de 24 lits à Nos Tayons à Nivelles et de l'implantation de la future Résidence d'Odenge à Perwez qui comptera 80 places.

 

Florentin Franche






Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte