TVCOM

Un œil sur ma région #11 - Sébastien Danze, adieu la ville !

 16 septembre 2022 11:00  |   Ramillies


Qu'ils soient amateurs ou professionnels, ces photographes se passionnent pour les paysages du Brabant wallon. C'est à travers leur regard et leur viseur qu'ils s'expriment, à travers leurs clichés qu'ils font rayonner la beauté de notre province. Durant tout cet été, je vous propose d'aller à leur rencontre pour comprendre ce qui les inspire dans nos campagnes, dans nos villes, nos monuments, notre patrimoine, notre nature.

Sébastien Danze est de ceux qui ont décidé de s'évader de la ville pour s'offrir une vie au grand air. Il y a un an environ, il fait ses valises et quitte Bruxelles pour s'installer à Ramillies. Sur la route vers son nouveau foyer, il repère un édifice qui attire rapidement son attention, la chapelle Saint-Feuillen. Un bâtiment au demeurant ordinaire, capable d'accueillir une petite cinquantaine de personnes, tout au plus, mais diablement photographique.

La photo, doux mélange entre art et technique

En discutant avec Sébastien Danze, on remarque assez rapidement qu'on a affaire à un technicien expérimenté. Les réglages, les paramètres, les chiffres, les règles photo, il les connaît par cœur, d'autant plus qu'il les enseigne depuis plusieurs années, après avoir lui-même été pris sous l'aile d'un photographe professionnel.

La retouche, c'est pour lui un "outil artistique". Jonglant aisément avec les logiciels d'édition photo, le néo-Ramillois prend un malin plaisir à transposer ses photos dans un autre univers, en jouant tantôt avec la colorimétrie d'un film, en faisant tantôt ressortir un regard expressif. Si l'acte de photographier est une partie de sa passion, la retouche en est une autre, c'est là qu'il s'exprimer pleinement. Mais là n'est pas toute sa photo.

La nature à tout prix

La photo animalière, c'est pour Sébastien Danze quelque chose de sacré. Les animaux exotiques, il regrette de n'avoir jamais pu les voir qu'en captivité. Les animaux locaux, eux, celui qui a quitté la ville semble s'émerveiller d'enfin les voir au quotidien. Comme cette fois où, avec son jeune fils, le photographe est parti à la chasse aux insectes dans son jardin, réalisant au passage quelques splendides clichés.

Parfois, il suffit juste de prendre son appareil et de regarder au bon endroit, sans prendre un billet d'avion pour l'autre bout du monde, pour voir des merveilles, c'est en tout la philosophie d'un homme a qui il n'aura suffit que de s'éloigner de quelques dizaines de kilomètres du béton pour être fasciné par ce qui l'entoure.

Pour découvrir son site web, c'est par ici.

Pour voir son interview :

 

Florentin Franche








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte