TVCOM

De l'amiante dans les canalisations : où et quelle quantité dans votre commune ?

 28 janvier 2022 15:08  


Mercredi soir, le magazine d'enquête Investigation (RTBF) a révélé que le réseau de distribution belge d'eau potable comprend encore une part importante de canalisations en ciment-amiante. Massivement produit par la société belge Eternit dans les années 60 et 70, l'amiante est encore omnisprésent dans les infrastructures de notre pays, bien qu'interdit depuis la fin des années 90.

8% du réseau en Brabant wallon

Suite à la diffusion de cette émission, nous avons tenté d'en savoir plus sur la présence de ce matériau en Brabant wallon. L'in BW, qui assure la distribution de l'eau dans 13 communes du Brabant wallon, répertorie encore 140 kilomètres de canalisations en ciment-amiante sur les 1.800 kilomètres que compte l'ensemble du réseau, soit 8% des installations.

D'une commune à l'autre, cette proportion varie fortement. Par exemple, à Lasne, près de 27% des canalisations sont en amiante-ciment. On peut encore citer Ottignies-LLN (14,38%), Wavre (11,13%), Genappe (5,74%) et La Hulpe (5,11%) parmi les communes qui en comptabilisent le plus. A contrario, on n'en trouve que marginalement à Waterloo (0,11%), Villers-la-Ville (0,16%) ou encore Wauthier-Braine (0,53%). Il n'y en a même pas le moindre mètre à Genval. Le détail des différentes communes alimentées par in BW est disponible ici.

Au sein d'in BW, la politique de remplacement des tuyaux vise avant toute chose les canaliisations défectueuses, usées ou fuitées. "L'objectif, c'est de maintenir une distribution d'eau potable performante", précise le porte-parole de l'intercommunale. Un budget annuel correspondant à 30% des recettes du département eau potable est alloué dans les infrastructures de production et de distribution de l'eau. Cela permet de remplacer chaque année 20 à 25 kilomètres de canalisations. Il faudrait donc environ sept ans et 35 millions d'euros à in BW pour éliminer définitivement le ciment-amiante de son réseau, le coût moyen de remplacement d'une conduite étant estimé à 250.000 euros du kilomètre, mais ce n'est pas à l'ordre du jour.

Le remplacement des canalisations est-il bien nécessaire ?

C'est la question à mille dollars : le ciment-amiante représente-t-il un danger pour la santé ? Le magazine Investigation pointe certaines études qui semblent indiquer une corrélation entre le fait de consommer de l'eau potable qui a transité par des canalisations en contenant et divers cancers digestifs, sans jamais établir de lien direct. Toutefois, les normes européennes en vigueur, notamment sur le réseau de canalisations d'in BW, n'imposent aucune restrictions sur l'utilisation dudit matériau. En 2017, l'OMS concluait dans un rapport sur ce sujet que "les fibres d’amiante présentes dans l’eau potable ne constituent pas une préoccupation sanitaire".

Toutefois, suite à l'émission diffusée sur la RTBF, les reponsables du département eau potable d'in BW se sont réunis pour déterminer si, oui ou non, il convenait d'envisager des mesures sur son réseau de distribution. Un "screening" de ses installations a été décidé. "in BW a pris la décision de prévoir, dans les prochains mois, une campagne d’analyse « amiante » spécifique centrée sur les zones concernées par des canalisations en amiante-ciment", précise l'intercommunale.

Florentin Franche








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte