TVCOM

Le contournement de Braine-l'Alleud à l'enquête publique jusqu'au 30 juin

 01 juin 2021 13:28  |   Braine-I'AlIeud


Ne dites plus "contournement de Braine-l'Alleud", dites plutôt "voirie multimodale reliant le centre de Braine-l'Alleud et la chaussée de Tubize". C'est en tout cas de cette façon que la Ville de Braine-l'Alleud désigne cet axe de 2,5 km qui vise notamment à désengorger le centre-ville. Depuis ce lundi, l'enquête publique est ouverte, les citoyens sont invités à consulter le dossier, ils ont jusqu'au 30 juin prochain pour adresser leurs remarques.

Outre le nom, c'est aussi le projet qui a subi quelques retouches. La majorité a suivi à la lettre les recommandations émises par l'auteur de l'étude d'incidence. Pas de changements majeurs à l'exception d'une légère déviation du tronçon de la voirie au niveau du rond-point de l'hôpital et de l'abandon du rond-point qui devait relier le nouveau zoning industriel imaginé par l'in BW. L'intercommunale ayant mis le projet entre parenthèses, le rond-point initialement prévu sur le tracé du contournement perd sa vocation.

Place à la mobilité douce

La majorité a souhaité mettre l'accent sur la mobilité douce. "C'est vraiment une liaison multimodale", souligne Henri Detandt, échevin de la Mobilité. "Il y a six mètres de bitume pour les automobiles, les camions et les transports en commun. Six autres mètres seront alloués aux modes de transport actifs : les piétons, les cyclistes et toute la mobilité douce qui est en train de se développer comme les trottinettes électriques".

Cette route de douze à quinze mètres de large traversant principalement des zones agricoles, certains arbres devront être arrachés. "Pour chaque arbre retiré, on en replantera trois, en accord avec la DNF", indique l'échevin.

Dernier aménagement prévu pour cette route : des merlons anti-bruit. La terre évacuée pour creuser la voirie sera en bonne partie réutilisée pour ériger des buttes de terre le long du tracé en vue de réduire les nuisances sonores engendrées par le trafic. Henri Detandt se félicite de cette solution qui devrait minimiser l'impact écologique du chantier et réduire ses coûts.

Tout repose sur le subside européen

En matière de financements, le contournement (estimé autour de 9 à 10 millions d'euros) devrait bénéficier en grande partie d'un subside du FEDER (le Fond Européen de Développement Régional), à hauteur de 6,5 millions d'euros. Seule contrainte : le chantier devrait être bouclé pour fin 2023. La majorité se gardera de lancer le moindre coup de pelleteuse sans savoir si ce délai sera prolongé, en raison des retards engendrés par la pandémie, et si les procédures légales pour l'octroi d'un permis restent raisonnables. À ce stade, l'échevin brainois se dit toujours confiant, d'autant que le délai estimé de 18 mois pour le chantier est "largement suffisant pour un gros œuvre tel que celui-ci".

De la poudre aux yeux des riverains

Pour le collectif citoyen "Braine autrement", le changement de désignation de la voirie ne fait aucune différence. Si le contournement a une vocation environnementale, le collectif n'y croit pas une seconde. "On va bétonner des hectares de campagne sans le moindre effet", estime Bernard Lemercier, membre du collectif. "J'ai déjà tenté de me procurer l'étude bas carbone auprès de la commune, sans succès. Il y a un vrai manque de transparence." Pour ces citoyens brainois, les alternatives ne manquent pourtant pas : "Il y a une solution, facile à mettre en place, c'est d'installer des passe-by au rond-point du carrefour de Mont-Saint-Pont pour fluidifier le trafic".

Toujours selon le collectif "Braine autrement", le tracé aurait dû être redéfini après l'abandon du projet de zoning industriel d'in BW. "On a le sentiment d'être mené en bateau, que d'ici deux ou trois ans le projet sera relancé et le zoning connecté au contournement."

Le collectif se dit aujourd'hui inquiet du dénouement de ce projet. Un jugement est attendu le 29 juin concernant la démolition d'une passerelle située sur l'ancienne ligne ferroviaire 115 qui surplombait le tracé imaginé pour le contournement. Des travaux entrepris dans l'urgence par la commune, sans rapport officiellement établi avec le contournement alors que son tracé définitif reste encore à déterminer à l'issue de l'enquête publique. Un jugement qui ne devrait toutefois pas inquiéter la commune.

Florentin Franche