TVCOM

Brasseries en danger : une gorgée pour mieux respirer

 16 juin 2020 17:09  


Le secteur brassicole a lui aussi été durement touché par la crise. Avec le confinement, la consommation de bières a diminué de 60% ! Les raisons sont nombreuses : fermeture de l'horeca, événements et festivals annulés, compétitions sportives à l'arrêt... Sur les quelque 118 brasseries que compte le Sud du pays, 30% ont cessé leurs activités pendant le confinement.

Soutenir les petits pour qui les conséquences sont grandes

Le Brabant wallon compte 23 brasseries, d'importances très diverses, mais toutes ne sont pas égales face aux difficultés rencontrées aujourd'hui par le secteur. André Antoine, qui a demandé qu'un fonds d'investissements de la Sogepa soit créé pour subvenir aux besoins du secteur, indique que la sphère brassicole brabçonne est plutôt jeune. "Une brasserie comme Lefebvre a quand même les reins plus solides qu'une brasserie qui a 3 ou 4 ans", détaille-t-il. Et c'est au cours des premières années qu'elles doivent se construire, entre la création d'une étiquette et l'amélioration de la recette, le chemin peut parfois sembler tortueux et les rentrées d'argent assez faibles.

C'est en particulier pour aider les pico- et les nanobrasseries que le député wallon André Antoine demande un soutien financier de la Sogepa, ainsi qu'une forme de coaching dans leur gestion. Deux autres propositions ont également été lancées vers le gouvernement wallon : créer une sorte "d'Amazon des bières wallonnes" qui reprendrait un catalogue des bières vendues sur le territoire et offrirait la possibilité de les commander selon la logistiques des différentes brasseries. Enfin, le député demande qu'une vaste campagne de marketing soit lancée pour redonner de la visibilité à ces petites brasseries.

Il faudra du temps pour réapprovisionner les stocks

"Ça nous aiderait, c'est sûr", indique Antoine Limbourg, membre de la Fédération brassicole et cofondateur de la brasserie Valduc à Thorembais-Saint-Trond, une petite brasserie qui a gelé ses activités pendant le confinement. Avec la reprise de l'horeca, les commandes affluent, mais la rupture de stock est inévitable. Les cuves n'ont plus sorti un seul hectolitre de bière pendant le confinement, il y faudra donc un peu patienter avant de revoir une goutte s'écouler des pompes de la brasserie. "Entre 5 et 6 semaines", précise Antoine Limbourg.

Florentin Franche










Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte