TVCOM

5N Plus menace de fermer le site de Tilly : 70 emplois menacés

× La consultation gratuite du site de TV Com est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 18 mai 2022 12:38  |   Villers-la-Ville


Un conseil d'entrerprise extraordinaire s'est tenu ce mercredi matin sur le site de Tilly (Villers-la-Ville) du groupe canadien 5N Plus, apprend-t-on de l'Agence Belga. La direction a indiqué son intention de fermer le site qui emploie une septantaine de personnes. L'entreprise souligne les lourdes pertes financières enregistrées sur le site. Du côté des syndicats, on pointe plutôt une gestion déplorable du site de Tilly.

"4 directeurs de site se sont succédés depuis le rachat en 2011. Les décisions qui ont été prises en matière d'investissements n'étaient pas les meilleures", déplore Philippe Leclercq, permanent FGTB. Cette nouvelle, personne ne l'avait vue venir, d'autant que le CEO s'est rendu sur le site trois mois plus tôt et avait émis des remarques positives à l'égard du site villersois. "L'entreprise a continué à fonctionné pendant le Covid. On a encore tout un carnet de commandes", détaille encore le permanent syndical. Craignant de ne voir les clients se détourner de l'entreprise suite à cette annonce, les syndicats vont désormais pousser le dossier entre les mains de la Région wallonne, espérant dénicher au plus vite un potentiel repreneur.

74 ans d'existence, 11 ans sous le drapeau de 5N Plus

L'entreprise 5N Plus s'est installée en 2011 après rachat du site Sidech, fondé en 1948. Il s'agit d'une entreprise de chimie inorganique, leader mondial dans la production du Bismuth et de ses dérivés. Elle fabrique des produits destinés à des applications pharmaceutiques, électroniques et industrielles avancées. Le site est classé Seveso en raison des risques liés aux matériaux qui y sont produits.

L'annonce de la direction enclenche par conséquent une procédure Renault de licenciement collectif. Une assemblée générale des travailleurs a été convoquée par les syndicats sur le coup de midi.

Florentin Franche








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte