TVCOM

Non à la vente et à la privatisation d'une partie de la Forêt de Soignes

Loading the player...
 20 juin 2017 13:50  |   La Hulpe

Ce samedi, associations et politiciens ont dit non à la privatisation d'une partie de la forêt de Soignes.

5 millions d'euros pour 30 ares et la maison forestière du Ticton

En effet, le ministre wallon de la nature, René Collin, désire vendre la maison forestière du Ticton située dans la commune de La Hulpe. Une vente qui servirait de recettes dans le budget du ministre wallon. On parle de 5 millions d'euros. Une parcelle de 30 ares, petite au vu de la superficie de cette forêt qui s'étend sur les trois régions, mais qui veut dire beaucoup pour les défenseurs de la cause. Ceux-ci ont donc manifesté leur opposition à la manoeuvre, ce samedi. La députée wallonne Ecolo Hélène Ryckmans était présente. "Nous avons dénoncé ce projet de vente car cela équivaut à privatiser des biens publics. Les maisons forestières font partie intégrante de la gestion des forêts wallonnes et les bois domaniaux sont publics et communes, ils doivent servir à tous les citoyens. Ils ne peuvent pas être vendus pour quelques millions".

Une forêt protégée

Interpellé au Parlement et par des associations, malgré une pétition rassemblant 2000 signatures, le ministre ne semble pas vouloir faire machine arrière. Mais le potentiel acheteur ne pourrait toutefois pas faire ce qu'il veut sur le site. "On ne peut pas construire ni faire des travaux qui ne soient pas destinés à la gestion ou au gardiennage de la forêt. Celle-ci est classée depuis 1959 en raison de son intérêt historique, esthétique et scientifique", précise Jacques Sténuit, le président des Amis de la Forêt de Soignes. "Nous demandons une chose, c'est que les lois de protection de la nature soient respectées par le gouvernement".

Un espace citoyen pour tous ?

De son côté, la commune de La Hulpe a fait savoir au ministre Collin qu'elle est disposée à prendre en charge la gestion de la parcelle de 30 ares. Certains citoyens évoquent la possibilité d'en faire un espace pour tous.

François Namur - Reportage : Florence Gusbin et Samy Lamloum