TVCOM

Le Collectif des femmes de Louvain-la-Neuve apprend le français aux réfugiés

Loading the player...
 27 janvier 2017 17:48  |   Ottignies-Louvain-la-Neuve

Le Centre Régional d'Intégration du Brabant Wallon (CRIBW) chapeaute l'intégration des réfugiés (toute personnes étrangère qui peut rester sur le territoire belge en toute légalité) dans notre province. Il travaille notamment avec le Collectif des Femmes de Louvain-la-Neuve qui a mis en place un projet pour aider les réfugiés à s'insérer dans la société.

Parcours d'intégration obligatoire

Le CRIBW est un structure subventionnée par la Région Wallonne. Elle possède un ensemble de missions : former des responsables d'associations en charge de projets d'intégration, sensibiliser la population face à la question de l'étranger, de la multiculturalité. Mais aussi s'occuper d'un parcours d'intégration pour les réfugiés. Il est obligatoire, même si certaines personnes en sont dispensées.

Le réfugié dispose de 18 mois pour suivre l'ensemble du parcours d'intégration. Celui-ci est composé de formations et de rencontres. Le Centre Régional d'Intégration du Brabant Wallon travaille alors en collaboration avec le monde associatif. Une de ces nombreuses associations est le Collectif des Femmes basé à Louvain-la-Neuve. Avec son projet "Tremplins pour la vie ", l'association aide les réfugiés dans leur insertion dans la société.

Apprendre à se faire comprendre au quotidien

Chaque semaine, le Collectif des femmes propose des cours de français aux réfugiés. Matiwos Mhretab et Jamal Ahmedin, deux Erythréens arrivés en Belgique l'an dernier, suivent ces cours. "Aujourd'hui, j'ai appris comment chercher un restaurant si je veux quelque chose à manger ou à boire", explique Jamal. L'accent est placé sur le langage quotidien. "Ils sont plutôt dans la survie", précise Paule-Rita Maltier, porteuse de projet au Collectif des femmes, "il y a une nécessité de rapidement pouvoir parler, s'exprimer quand ils vont chez le médecin ou au magasin".

Ces cours de français sont organisés selon le niveau de connaissance des réfugiés.

François Namur - Reportage : Debora Romeyns, Samuel Francis et Samy Lamloum